top of page
Mur en béton fissurée
  • Photo du rédacteurNoé

Comment Jorge Masvidal est devenu une star mondiale ?


Jorge Masvidal après sa victoire sur KO contre Ben Askren à l'UFC
Crédit photo : Esther Lin, MMA Fighting

Jorge Masvidal affronte Gilbert Burns à l'UFC 287


Il a fallu 47 combats professionnels et plus de 15 ans de carrière à Jorge Masvidal pour devenir une star globale ! Lorsque Gamebred plante son genou dans la tête de Ben Askren à l’UFC 239, il devient une sensation à travers le monde entier en un instant. S'ils sont nombreux à penser que Jorge a toujours attiré les foules, ce n’est pas le cas. Sa carrière est un récit de persévérance et il a failli ne jamais rencontrer le succès. Avant son combat contre Gilbert Burns à l'UFC 287, revenons sur la carrière de Jorge "Gamebred" Masvidal.






Avant sa fermeture et son rachat par Zuffa LLC en 2013, c'est au Strikeforce que Jorge Masvidal s'épanouissait. Gamebred était un nom relativement important dans l'organisation, s’offrant même une chance au titre de Gilbert Melendez en 2011. Mais lorsqu’il rejoint l’UFC, il est relégué au second plan. Là où Gilbert Melendez affronte immédiatement Benson Henderson pour le titre de champion, il affronte Tim Means au fond de la carte préliminaire... Désireux de prouver sa valeur, il combat 6 fois en un an et demi ! Il finit par se voir offrir un combat de gala contre Al Iaquinta, sa première chance de faire ses preuves sous la bannière de l’UFC. Un combat qu'il perd sur une décision, une habitude dans sa longue carrière




Son momentum est brisé et après une défaite de plus contre Stephen Thompson en 2017, Jorge décide de prendre une pause et change totalement son approche des combats ! De son propre aveu : “il est temps d’essayer de gagner au lieu d’essayer de ne pas perdre.” Après plus d’un an de pause et un passage dans une télé-réalité en Amérique latine, il revient dans un combat qui ressemble à un piège tendu par l’UFC. Dans la fournaise de l'O2 Arena de Londres, il retrouve Darren Till en main event d’un Fight Night. Les temps ont changé mais à l’époque, Darren Till est un très gros nom de la promotion. Dana veut faire de lui sa nouvelle grande star. Après que l’Anglais ait échoué à remporter le titre de champion des poids-welters, on lui offre Jorge Masvidal pour se relancer





Gamebred ne l’entend pas de cette oreille. Au milieu du deuxième round, Masvidal surprend The Gorilla et l’étale d’une combinaison très fluide ! Les spectateurs britanniques restent sans voix. En plus de cette victoire, Jorge fait surtout parler de lui pour l'agression de Leon Edwards dans les backstages de l'O2 Arena. Un excès de violence qui affirme son image de mauvais garçon, lui qui a débuté par des combats dans les rues de Miami aux côtés du légendaire Kimbo Slice



Cependant, l’UFC n’est pas encore convaincu... Un affrontement contre le très populaire Ben Askren est donc mis en place. Sur le papier, c’est un affrontement stylistique très difficile pour l'excellent Striker qu'est Jorge. La suite, on la connaît : une course, un genou et six secondes plus tard, le clip le plus rejoué de l’histoire du sport est créé. Il s'agit à cette date du KO le plus rapide de l'histoire de l'organisation




La popularité de Jorge explose ! Il est invité sur tous les plateaux et les yeux sont braqués sur lui. Le public découvre un homme au charisme fort et au Trashtalk aussi agressif que ses récentes prestations dans l'octogone. La construction du combat contre Nate Diaz est parfaite et même si le finish est décevant, Jorge n’en ressort que plus grand. Vainqueur sur décision médicale, il se voit remettre la ceinture "BMF" des mains de The Rock Johnson en personne



Depuis cette victoire, Jorge a perdu 3 combats consécutifs, deux fois contre le champion à l'époque Kamaru Usman et une fois contre son rival Colby Covington. Preuve de sa popularité : il participe au combat principal de 4 PPV sans n'avoir jamais été champion ! Pour la première de l'UFC à Miami en presque 20 ans, l'organisation a évidemment fait appel à lui. Contre Gilbert Burns, la victoire est obligatoire au risque de voir sa hype chuter considérablement


Auteur de l'article : Noé Bares


Comments


  • Youtube
bottom of page